Le patrimoine naturel du Plateau d'Hauteville, comme partout, a été profondément modifié par les activités humaines au fil des siècles. Il le sera encore par l'homme et par l'évolution du climat.

 

Les Gaulois l'avaient baptisée "la rivière blanche". Dans le département de l'Ain, elle s’écoule sur 60 km environ. Sur le Plateau d’Hauteville-Brénod, l’Albarine occupe le fond de la combe sans avoir encore décidé de devenir un vrai torrent, puis décide de quitter la vallée en 3 sauts de 60, 40 et 15 m. Elle fut, comme nous le raconte Marcel Monnier, longtemps bordée de moulins.

 

Derrière la dénomination « zones humides  », se cachent de multiples milieux naturels d’étendues et de formes diverses, qui ont comme point commun la présence d’eau, permanente ou temporaire, visible ou invisible : marais, bords de cours d’eau, prairies inondables, boisement de saules.

 

Les forêts représentent une richesse du Plateau d'Hauteville-Brénod. Elles ont des origines seigneuriales ou ecclésiastiques (Abbayes). Avec le retour en force du bois dans ses différents usages, la forêt restera une valeur importante pour le Plateau : construction, chauffage, tourisme, chasse, ... et réserve de bio-diversité.

On trouve sur le Plateau d'Hauteville la flore de la montagne jurassienne, pour l'essentiel. Une grande diversité, à chaque saison, dans les prairies, les sous-bois, les zones humides, les zones plus arides.

Des sites remarquables